Gorge + IST

Il s'agit de maladies touchant la sphère ORL (oreilles, pharynx, larynx ou cavités nasales) et dont le diagnostic n'est pas encore posé.

Gorge + IST

Messagepar Teilos » Jeu 2 Mar 2017 19:47

Bonjour; bonsoir,

Mon récit est long, et j'ai jamais eut le force d'écrire quoi que ce soit sur ce genre de forum
Maintenant je suis tellement perdu que je m'y met à contre coeur, dans l'espoir de trouver une aide quelconque


J'ai 20 ans, j'ai toujours été en bonne santé
En juillet 2015 j'ai été pris de violentes diarrhées, vomissements, dégout total de l'alcool au point de vomir avec un verre
Tout ça un beau jour sans raisons
Depuis ma santé à toujours été fragile et s'est dégradée
Courant aout, j'ai commencé à sentir une boule dans la gorge, il s'agissait d'un ganglion( je l'ai appris avec un IRM, et une ponction de ce dit ganglion ) d'environ 2,4 cm
Il était très douloureux, et après avoir fais un bilan '''complet'''' à l'hopital, on m'a jeté dehors en m'envoyant vers un psy

Cependant mes douleurs ont toujours été réelles:

juillet : phase de vomissements/diarrhées violentes
aout/septembre: maux de gorge intenses, salive tres prolifique et visqueuse ( je remplissais des verres de crachat...)
depuis cette phase je n'ai jamais cessé d'avoir mal à la gorge
octobre / novembre : douleurs insoutenables aux bras, comme si mes veines allaient exploser, je devais gesticuler mes bras pour me '' soulager '' quelques secondes. Cette douleur a disparue apres decembre, mais j'ai été extremement sensible aux bras pendant plusieurs mois apres ( impossible de dormir sur le coté par exemple)
Courant Décembre: Apparition d'une '' perte de sensation" au niveau du cou, qui progressait de jour en jour vers mon thorax ( au moment ou j'écris mon thorax est tres sensible, car paradoxalement a la perte de sensation( quand je me griffe par exemple, je n'ai pas la même sensation que si je me griffe au reste du corps..)chaque jour j'ai des picotements, des douleurs, des taches rouges, mettre un t-shirt est douloureux, le frottement est vraiment désagréable
Ce même mois, mon foie à commencé à être tres, tres douloureux
Sans explications, bilan sanguin tout a fait normal, le foie est en bonne santé

Durant ces mois j'ai vu des stomato, ORL pour fibroscopie etc, 'ai été traité pour plein de choses, avec des anti inflamatoires, des bains de bouche de prednisolone, deux semaines de doxyciclyne etc etc je n'en ai meme plus souvenir
Aucun effet sur moi

Pour raccourcir ( j'essaie d'être le plus précis possible , j'en suis désolé.. ) , mon médecin en Juin 2016 à pensé finalement à une IST ( j'ai eut un impétigo, quelques boutons, entre septembre-juin , mais aucune brulure ni décharge blanche)

Il me préscrit donc 1 sem d'Ofloxacine, et des analyses d'urine ( qui reviennent négative aux chlamydias et mycoplasmes)
Le soir même de la prise d'ofloxacine, ma gorge s'est liberé, j'ai même sentis comme un écoulement à l'intérieur de mon oesophage
Donc cet antibio était éfficace sur ma gorge, rapidement

Mon médécin avait pensé à un syndrome Fissinger-Leroy-Reiter
Cependant mes analyses ont toutes été négatives, jusqu'a cette semaine ou elle sont de nouveau négatives
Le syndrome est possible ( douleur au foie ( fitz-hugh-curtis) , ma fatigue, ma gorge..?)

Je ne suis pas sur de ce diagnostic
Mais cela coinciderait avec la date d'incubation
J'ai appris il y a quelques mois que ma copine de l'époque, avec qui je suis resté pendant toute ma maladie , me trompait sans se protéger en juillet 2015
Elle aurait pu me refiler des chlamydias


Cependant les rechutes sont nombreuses, j'ai fais plusieurs antibiotérapies, azithromicine, doxyciclyne, oflox.

Mais je suis aujourd'hui toujours malade, demangeaisons au penis et zone haute de cet endroit, douleur au thorax, gorge douloureuse salive visqueuse, le tabac a mes alentours me fait tres mal, alcool impossible

Également, en septembre 2016 , je prends du zithromax, et le 3e jour je consomme du cannabis(sans le fumer evidemment)
S'en suit une douleur vive au coeur, battements tres rapides ( + 180 quand les pompiers sont arrivés)
J'ai finis aux urgences, tout négatif comme d'habitude, ECG normal
Cependant la douleur est restée depuis
Douleur thoracique chaque jour
Elle m'empeche de dormir, de faire du sport ( palpitations, essouflement .. j'ai pratique de la boxe thaï 4 ans maintenant je ne peux plus rien faire)

Réaction de mon médecin : c'est lié au stress, tout cela était une crise de panique --> cure de déroxat, prolongée a 6 mois psq pas d'effets sur mon coeur


J'ai eut une nouvelle petite amie, vierge, j'ai eut des relations avec elle ( j'ai fais un prelevement urétral pour chlamydia, mycoplasmes, neisseria + prise de sang IST avant d'avoir des relations, tout était négatif)
Cependant 2 jours après elle se plaignait de douleurs soudaines pendant les rapports, brulures dans le vagin, et peu apres l'arrêt ( le rapport était impossible)


Rebelote, tests, pour mon PU :
leucocytes: quelques
cellules epitheliales: assez nombreuses
rares cocci gram positif
assez nombreuses bactéries corynémorphes
Aucun germe isolé

J'en suis donc au point mort
Je suis perdu et mon coeur, ma gorge me font mal
Mon penis me démange, et mon anus est très irrité ( j'ai eut des phases de saignement intenses)

J'en suis là, j'envisage de demandé un prelevement à la gorge pour chercher des germes ?
Ces corynémorphes ? ont ils un lien probables? j'ai lu un tas de choses sur internet, rien ne m'a été utile
J'espere seulement qu'une âme bienvaillante, pourrait me guider sur quels examens procéder, quel hypotheses ont ils en tête ..
Serait-ce vraiment ce syndrome Leroy-Reiter? ( je n'ai jamais eut d'atteintes aux yeux..)


Merci à ceux qui prendront le temps de me lire, de me répondre, de m'aider, quoi que ce soit..
Teilos
 
Messages: 1
Enregistré le: Jeu 2 Mar 2017 19:45

Re: Gorge + IST

Messagepar Modérateur » Ven 3 Mar 2017 09:39

Bonjour et bienvenue sur ce Forum, depuis votre première hospitalisation, avez vous consulter à l’hôpital, en médecine infectieuse ?
Avatar de l’utilisateur
Modérateur
 
Messages: 915
Enregistré le: Mer 12 Sep 2012 09:43


Retourner vers Maladies de la sphère ORL sans diagnostic