Témoignages

Le syndrome de Kallmann ou dysplasie olfacto-génitale de Kallmann-De Morsier est une maladie génétique du développement embryonnaire caractérisée par l'association d'un hypogonadisme hypogonadotrophique et d'une anosmie ou hyposmie ( odorat absent ou faible).

Témoignages

Messagepar Harry67 » Lun 19 Nov 2018 01:21

Salut à tous.
J’aimerai beaucoup avoir des témoignages de personnes souffrant du SKM. J’ai vraiment besoin d’en parler...
Alors j’ai 27 ans et je suis allé voir une généticienne (enfin me direz vous, mais j’ai jamais osé franchir le pas. Je suis très timide pour aborder le sujet...) qui suspecte ce syndrome, donc elle m’a fait une prise de sang pour examens.
Je pense avoir tous les symptômes. Après avoir les résultats elle m’enverra vers un endocrinologue. D’ailleurs je dois aussi faire une échographie rénale, dans quel but?
J’aimerai vos témoignages. Comment se passe le traitement? Quels sont les réels résultats? Merci d’avance.
Harry67
 
Messages: 1
Enregistré le: Lun 19 Nov 2018 01:10

Re: Témoignages

Messagepar Modérateur » Lun 19 Nov 2018 12:10

Bonjour

Vous trouverez des renseignements supplémentaires sur le syndrome de Kallmann sur le site Orphanet:
https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/Di ... &Maladie(s)/groupes%20de%20maladies=Syndrome-de-Kallmann&title=Syndrome%20de%20Kallmann&search=Disease_Search_Simple

Vous y verrez notamment que des malformations rénales peuvent faire partie du syndrome mais de façon inconstante. C'est sans doute pour cela que le médecin a demandé une échographie rénale.

Quant au traitement, voici ce que l'on trouve dans le texte d'Orphanet: "Il n'existe pas de traitement de l'anosmie (absence d'odorat). En revanche, grâce au traitement hormonal, la puberté se produit dans tous les cas, et la fertilité peut être obtenue dans la plupart des cas."

Vous aurez bien sûr plus d'information par l'endocrinologue si le diagnostic est confirmé.

Cordialement

Les modérateurs
Avatar de l’utilisateur
Modérateur
 
Messages: 1155
Enregistré le: Mer 12 Sep 2012 09:43


Retourner vers Syndrome de Kallmann